Samedi 17 juillet Dimanche 18 juillet Lundi 19 juillet Mardi 20 juillet Mercredi 21 juillet Jeudi 22 juillet Samedi 24 juillet Dimanche 25 juillet Lundi 26 juillet Mardi 26 juillet Accueil


Vendredi 23 juillet, sixième jour
Hacienda Mates (4800 m) Lagana Ceascana (4800 m)



                Bien que Georges m'invite à venir admirer le lever du soleil, j'ai du mal à émerger et m'extirper du sac de couchage. En fait, je ne verrai ce lever du soleil qu'après les vacances sur les photos... En sortant de la tente je constate que le sol est bien givré, et une lumière irréelle enveloppe le campement. En plus des préparatifs habituels, Sarah a droit à un examen minutieux de ses ampoules... Lawrence prononce le verdict : « journée à cheval pour Sarah ».
                Comme prévu la veille, changement de programme : au prix d'une bonne rallonge, il faudra contourner une petite chaîne de montagnes car le col semble impraticable en raison de l'épaisse couche de neige. Nous grimpons doucement sur une espèce d'énorme plateau ondulant.

Les lamas ne semblent pas gênés par le froid intense qui règne avant le lever du soleil Voilà que la limite ensoleillée atteind la vallée ; dans une petite minute nous serons au soleil Le soleil atteind les tentes alors que Georges est encore à l'ombre pour capturer cet instant à droite quelques habitations
Aujourd'hui, nous devons contourner le massif qui s'ébauche sur la gauche de la photo ; au premier plan, notre guide Me voici sur le haut plateau ; en arrière plan, vers l'est, les reliefs semblant bien  modestes sont recouverts de neiges éternelles. A droite, Sarah sur son cheval, et à gauche, le cirque où se cache le lac de Ceascana

                Après deux heures de marche, Delphine (qui guidait le cheval de Sarah) nous explique qu'il doit nous quitter pour un autre travail à Cusco. Nous le voyons partir tout seul vers la gauche en direction de Finaya à une journée de marche. Là-bas il espère trouver un camion qui l'acheminera à Cusco. C'est maintenant Lawrence qui guide le cheval de Sarah sur ce paysage désertique et comme d'habitude, le vent commence à se lever.
                Vers midi, nous nous arrêtons au bord d'une rivière pour le déjeuner. La tente n'a pas été montée en raison du beau temps, mais le ciel s'est couvert, et je me souviens d'un froid transperçant pendant le repas. Romulus et Manuelo, eux ne semblent pas gênés par le froid, puisqu'ils essaient de pêcher des poissons avec leurs filets. Je suis toujours la seule avec Lawrence à faire honneur aux plats.
                Après le déjeuner, il va falloir trouver un passage pour franchir cette rivière, sans se déchausser si possible. Epreuve accomplie sans encombre sauf pour Georges qui a réussi à mouiller ses deux chaussures, ce qui n'a pas eu l'air de le gêner outre-mesure.
                Toujours en montée ou en descente dans ce paysage fort ondulé, nous avançons pourtant à un bon rythme. Aucun de nous trois ne souffre du mal d'altitude et seules quelques aigreurs d'estomac pour Sarah et Georges, et un sommeil un peu perturbé pour tous les trois... A notre droite des sommets enneigés tout proches culminant à 6000 mètres contrastent avec les couleurs ocres du plateau. Lawrence nous montre le col enneigé de cette chaîne que nous aurions dû franchir.

Nous apercevons le village de Finaya, ainsi que le lac de Sibinacoccha, que nous rejoindrons demain Nous franchirons plusieurs ravines de ce type au cours de la journée Glaciers et cimes enneigées nous accompagneront désormais jusqu'au lac de Ceascana
Sarah sur son cheval et Lawrence arrivent devant le lac de Ceascana Les montagnes enneigées sont à proximité immédiate du lac de Ceascana Chevaux broutant les herbes rases au bord du lac de Ceascana

                Peu après quinze heures, nous commençons enfin à apercevoir le grand lac de Ceascana au bord duquel notre camp est sans doute déjà monté. Nous avons la surprise de découvrir une dizaine d'habitations perchées sur un petit promontoire au bord du lac, nous rappelant que même à près de 5000 mètres, la vie est bien présente au Pérou. Nous passons d'ailleurs à côté de petits troupeaux d'alpagas et de quelques chevaux appartenant à cette communauté.

Panorama sur le lac de Ceascana et les nombreux glaciers et sommets enneigés de 6000 mètres qui  dominent sa rive Nord-Est

                Le lieu est magique, et c'est d'ailleurs le campement préféré de Lawrence, avis que nous partagerons d'ailleurs : le lac s'étend le long des montagnes et des glaciers, qui se reflètent dans un bleu profond. Nous n'aurons guère le temps de profiter du paysage : le soleil se couchera rapidement, et vers dix-huit heures il fera déjà nuit noire. Nous nous coucherons tôt, et après cette longue marche, une bonne nuit de sommeil réparateur ne sera pas du luxe.


Petit troupeau d'alpagas en bordure du lac de Ceascana ; certains nous regardent pendant que d'autres continuent à brouter...




Etape précédente               Accueil               Etape suivante