Samedi 17 juillet Dimanche 18 juillet Lundi 19 juillet Mercredi 21 juillet Jeudi 22 juillet Vendredi 23 juillet Samedi 24 juillet Dimanche 25 juillet Lundi 26 juillet Mardi 26 juillet Accueil


Mardi 20 juillet, troisième jour
Escalareyoc (4200 m) Lagune Janjahuicacha (4350 m)



                Ce matin après avoir traversé la rivière Chimboya sur un pont (cela mérite d'être précisé...), nous remontons un petit sentier dans un milieu fait de roches calcaires aux formes curieuses. Lawrence nous montre quelque chose qui bouge dans les rochers : c'est un » viscacha », petit animal montagnard ressemblant un peu à un écureuil et se confondant avec les rochers. La montée est plutôt raide (d'autant plus que nous prenons quelques raccourcis) et nous arrivons bientôt sur un petit promontoire vers 4300 mètres. Lawrence porte une montre avec un altimètre et nous pouvons ainsi suivre graduellement notre progression.
                Beaucoup de lamas croisent notre route et s'écartent à notre passage. Certains portent des bouts de laine rouge aux oreilles. C'est pour les distinguer, nous explique Lawrence. Nous redescendons vers la rivière et traversons le village d'Almaya, un hameau proche de la limite entre les provinces de Puno et de Cusco. Le commerce de la laine d'alpaga permet aux habitants de vivre. Les maisons sont en adobe (torchis) et le toit est en chaume ou parfois en tôle ondulée, matière qui remplace de plus en plus le chaume.

Une bonne piste longe la rive gauche de la Chimboya, mais c'est par un sentier en face que nous découvrirons cette vallée Lawrence nous présente les formations géologiques particulières de la région En face, quelques champs sur les pentes bien exposées à quelques 4300 mètres d'altitude
Voici quelques lamas équipés de leur marques rouges en guise de signe de reconnaissance Voici deux lamas qui ne semblent pas s'intéresser bien beaucoup à nous ! Le village d'Almaya apparaît nettement au milieu de la vallée

                Almaya est par ailleurs le seul village du secteur où les maisons ont une cheminée (ailleurs, la fumée de la cuisine s'échappe par le toit de chaume). Les villageois nous saluent toujours avec le sourire et nous posent des questions. Lawrence nous sert d'interprète. Le moyen de transport local est le vélo. Les champs des alentours sont cultivés principalement pour la pomme de terre.
                Nous marchons maintenant sur une longue piste qui suit la vallée. Le soleil chauffe et la lumière est intense mais de temps à autre un vent fort et glacial cingle le visage et soulève la poussière rouge de la piste qui s'élève en volutes. Au bord de la piste nous remarquons un type de végétation caractéristique les cactus poilus appelés communément moutons couchés.


Notre sentier chemine entre des formations géologiques bien particulières Nous voici tous les trois sur les hauteurs de Almaya Quelques alpagas devant les formations géologiques au-delà de Almaya
Jomulus et Delphin préparent soigneusement le repas de midi... ...pendant que les autres attendent sagement les pieds sous la table ! Ça y est, les assiettes arrivent, et elles sont superbement présentées !

                Vers midi nous rejoignons le cuisinier et Delphin pour déjeuner au bord de la rivière bien à l'abri du vent. L'endroit est vraiment bien choisi pour une pause, et il fait presque chaud. Jomulus et Delphin préparent avec soin leurs plats péruviens typiques, et nous les féliciterons d'ailleurs pour les efforts de présentation dignes des plus grands restaurants.
                Après déjeuner nous quittons la piste pour grimper à vue à flanc de montagne au milieu des rochers et des viscachas. Sarah talonne Lawrence, Georges se trouve un peu plus loin, et moi je monte doucement. Je cherche mon souffle en prenant de grandes bouffées d'air, c'est normal ne cesse de répéter Lawrence, nous sommes à 4400 mètres d'altitude.
                Partout autour de nous des Viscachas jouent à cache-cache sur les rochers ; tels les caméléons, leur pelage couleur rocher les rend en effet très difficile à localiser lorsqu'ils sont immobiles. Vers 15 heures, nous arrivons au camp à Chullupampa au bord du lac de Janjahuicacha. Un vent violent et glacial souffle toujours et ne se calmera que dans la soirée. J'en profiterai alors pour faire le tour du lac avec Georges en admirant le coucher du soleil.


Les viscachas adorent se prélasser au soleil dans ce type de rochers, mais il faut les trouver ! C'est cette vallée que nous allons remonter durant la journée de demain ! Lawrence nous présente le campement de ce jour, à côté de la lagune Janjahuicacha Je fais le tour de la lagune Janjahuicacha avec Georges, nos chevaux se promènent aussi !
Coucher de soleil sur la lagune Janjahuicacha ; en face notre campement ! Felix compleaño, Georges !

                Georges aura une bonne surprise ce soir : nos compagnons de voyage ont préparé un gâteau d'anniversaire à son intention, avec du pisco, la boisson locale. Fêter son anniversaire à 4350 mètres, sous une tente, c'est tout de même insolite !


Etape précédente               Accueil               Etape suivante